Vous l'avez peut-être remarqué, l'énergie du Bloc ne vient pas d'ailleurs. Nous avons croisé la route de quelques faiseurs passionnés, d'une paire de raconteurs singuliers dans leur répertoire. Nous les soutenons dans leurs trajectoires, qu'il s'agisse de rock franc du collier ou de classique aux lignes claires.


Le Noyé le plus beau du monde fait entendre  aux spectateurs d’aujourd’hui cette nouvelle de Gabriel Garcia Marquez, écrite en 1968. Un noyé venu d’ailleurs bouleverse la vie étriquée de ceux qui le découvrent, un matin, échoué sur leur rivage. Cette découverte leur innoculera durablement les virus de la beauté et de la fraternité. Ce récit est un matériau idéal pour une mise en abîme des bouleversements actuels liés aux migrations.

Daniel Scalliet. récit, chant, guitare

Sébastien Bacquias. contrebasse, choeurs

 



Dead Mocking Bird est un type de cartel établi pour faire trembler les frontières entre la littérature et le rock épais. C'est joué comme des enfants de chœur mais du genre de ceux qui finissent le vin de messe avant le début du service. C'est bien nerveux, toujours un peu étrange, parfois sombre et furieusement porté sur le mouvement en avant. Alléluia jacta est, comme on dit au Vatican.

Daniel Scalliet. chant, guitare

Sébastien Bacquias. contrebasse, choeurs

Aymeric Descharrieres. claviers, sax, choeurs

Fabien Duscombs. batterie, choeurs



L’Ensemble 38 s’est constitué pendant les répétitions de La Clémence de Titus (W.A. Mozart) créée en juin 2017. Trois musiciens ont relié la fosse d’orchestre et la scène pour nourrir de l’énergie acquise, un répertoire où cohabitent pièces en solo, duos et trios. Les 3 musiciens font le choix d’une grande cohérence de couleur certaines pièces de l’époque classique répondent aux créations contemporaines.

Axelle Fanyo. soprano

Elena Arveiler. clarinettes

Etienne Jacquet. piano