> le chant et la musique au centre du plateau de théâtre 

Nos spectacles sont également, à chaque fois, une aventure musicale. Des musiciens issus du free jazz et de la musique improvisée composent avec un chanteur-comédien venu de la tradition folk/rock et des comédiens capables de chanter. De plus, l’équipe technique/mise en scène a sa part à prendre au travail de choeur. Notre postulat de départ n’est pas de reproduire un répertoire existant mais de le revisiter et de le placer au centre du plateau comme moteur dramaturgique. La puissance scénique recherchée trouve sa source dans la tension entre les corps et voix des comédiens et la musique jouée en direct du plateau.

 

LE NERF (2012) : le free jazz comme raison de vivre.

Christelle Séry (guitare) - Aymeric Descharrières (sax) - Sébastien Bacquias (contrebasse) - Daniel Scalliet (chant)

Le Nerf revisitait un classique du théâtre indépendant US qu’est The Connection (1959) de Jack Gelber, new-yorkais issu de la Beat Generation. Nous avions revisité la musique de Jackie McLean et de Freddie Red avec nos propres compositions allant des envolées free à la musique contemporaine en passant par le cabaret Brechtien. Le free jazz accompagnait ainsi la rage épique des quatre personnages enfermés dans l’arrière d’un cinéma sans avoir le courage d’en sortir.

 

ISMAËL (2013) : un travail autour des chants de baleiniers américains à l’époque de l’écriture de Moby Dick.

Fabien Duscombs (batterie) - Daniel Scalliet (guitare, chant)

Pour la première étape du chantier Moby Dick, Ismaël, une recherche a été faite à partir des enregistrements de Paul Clayton. Collecteur et chanteur folk américain des années 50, il a recueilli et réinterprété les chants en usage chez les chasseurs de baleine du 19ème siècle. Nous avons, dans le même esprit, fait nôtres certains de ces chants qui sont venus se placer (en anglais) dans notre spectacle, tels des échos folk, free et rock, à l’histoire rapportée par Ismaël, le narrateur de Moby Dick.

 

CAPITAINE ACHAB (2014) : deux guitares pour un démon.

Mickaël Sévrain (guitare, basse) - Daniel Scalliet (guitare, chant)

Capitaine Achab, nous a poussés à trouver la transcription musicale propre au capitaine parti chassé la grande baleine blanche. Nous avons ainsi pu écrire des chants en Français, à partir du texte de Melville. Ces chants proche du blues rejoignent la fonction du choeur antique : ils redisent ou annoncent ce que le spectacle donne à voir. Un second musicien, situé en regard du plateau (guitare et basse électriques), utilise la musique improvisée et le rock noise pour pousser l’imaginaire du spectateur dans ses retranchements et faire surgir la dimension cinématographique de l’histoire. 

 

MOBY DICK WANTED ! (2015) : un choeur d’hommes portant les chants de travail et l’électricité pour le Cachalot.

Marc Démereau (sax) - Fabien Duscombs (batterie) - Sébastien Bacquias (contrebasse) - Daniel Scalliet (guitare, chant)

Avec Moby Dick, nous formons un choeur d’hommes au plateau. Ces chants, a capella et en français, ont porteurs des moments clés de la narration et de la réduction obligatoire qu’il nous faut opérer pour raconter Moby Dick au théâtre. Ils viennent se confronter à un trio de free jazz et musique improvisée, figurant le Cachalot Blanc dans ses mouvements et ses excès terribles.